La miséricorde triomphe du jugement

5 oct. 2022 | Dernières nouvelles

 Une réflexion sur Yom Kippour  

Il y a un jour à Jérusalem où le temps semble s'arrêter. Aucun véhicule ne circule sur les routes, l'aéroport, les magasins et les restaurants sont fermés, et la ville, habituellement animée et bondée, est silencieuse. Si vous vous promeniez avec nos étudiants dans les rues vides, le long des grands murs de pierre de la vieille ville et de la Tour de David, vous seriez frappés par le silence qui règne en ce jour, réservé à la réflexion sur le péché et le pardon, à la réconciliation avec les autres et avec Dieu. C'est Yom Kippour, le jour des expiations, considéré comme le plus saint de tous les jours bibliques hébreux (Lévitique 23, 26-29).

Nous apprenons ensemble les symboles et les commandements de ce jour de la part de Dieu, le maître conteur, qui révèle puissamment son caractère et notre rédemption à travers Yeshoua.

Le grand prêtre et le siège de la miséricorde 

Yom Kippour était le seul jour de l'année où l'on pouvait pénétrer dans le Saint des Saints - la chambre la plus sacrée du Temple où se trouvait l'Arche d'Alliance - et uniquement par le Grand Prêtre, dont le rôle principal était l'intercession, une prière constante au nom du peuple.

Derrière le voile, à l'intérieur du lieu très saint, se trouvaient l'Arche d'Alliance (contenant les tablettes des dix commandements) et le " Siège de la Miséricorde " (où résidait la Gloire du Seigneur). Le nom hébreu du propitiatoire est "Kaporet" {כפורת} ("couverture"), de la racine "K-P-R" {כ-פ-ר} ("couvrir"). Sur le propitiatoire, le sang du sacrifice était aspergé par le Grand Prêtre - le sang couvrant et expiant littéralement le péché.

Le banc de la miséricorde était un lieu de réconciliation entre Dieu et son peuple par le pardon des péchés. Et le Banc de la Miséricorde était au-dessus des tables de la loi. Le message de ces deux symboles est profond : il communique que Dieu est un dieu dont le caractère est pleinement à la fois vérité et grâce, à la fois justice et miséricorde. En effet, en tant que disciple, Jacques a communiqué à une date beaucoup plus tardive, "la miséricorde triomphe du jugement" (Jacques 2:13).

Nous savons que celui qui est devenu notre expiation par le sacrifice est Yeshoua (Jésus), le Grand Prêtre (Romains 3:25). Il est notre couverture et notre bouclier, la miséricorde triomphant du jugement. 

Alors que nous travaillons ensemble pour traduire et partager l'ensemble de l'histoire de la rédemption de Dieu avec le monde entier, réfléchissons et adorons ensemble à travers ce magnifique chant hébreu, Rachamim Avakesh- Je demande la pitié. 

Je demande la pitié
Je viens faire une prière
Au nom de mon peuple
Mon cœur est comme de l'eau en moi
J'élève ma voix vers le Dieu vivant qui me voit.
Une prière de pitié dans ma bouche
Pitié, je demande, pour l'amour de votre nom  

Pour l'amour de ton nom, miséricorde, je demande 

Merci de partager la Parole,

L'équipe 4.2.20-IBLT  Le mot entier pour le monde entier

#ransmettre l'histoire #out le monde au service du monde entier #ransmettre la source #4220fondation

#ransmettre l'histoire #out le monde au service du monde entier #ransmettre la source #4220fondation